Une énergie renouvelable pour un approvisionnement en énergie durableen Suisse

La réussite de la transition énergétique et l’atteinte des objectifs climatiques nécessitent une approche cohérente de l’utilisation de toutes les sources d’énergie renouvelables disponibles. Le biogaz joue à cet égard un rôle important. Mais qu’est-ce que le biogaz exactement? Comment est-il produit? Et quels sont ses autres avantages? Prenons ici le temps d’apporter quelques réponses.

Qu’est-ce que le biogaz?

Le biogaz est un agent énergétique renouvelable produit par la fermentation de matières et déchets organiques tels que les déchets verts, les restes de repas, les engrais de ferme ou les boues d’épuration. Mais la fermentation produit dans un premier temps du «biogaz brut», lequel est dans un second temps traité pour obtenir une qualité équivalente au gaz naturel. Le biométhane ainsi obtenu est ensuite injecté dans le réseau de gaz. Etant donné que la combustion de celui-ci ne libère que la quantité de CO2 absorbée par les plantes pendant leur croissance, le biogaz est un combustible neutre en CO2. Mais ses avantages ne s’arrêtent pas là:

Le biogaz peut être stocké
C’est par conséquent une source d’énergie sûre et pérenne (durable).
Le biogaz est soumis à des directives
En Suisse, seuls les déchets organiques sont autorisés pour la production de biogaz.
Le biogaz a encore d’autres atouts
La production de biogaz génère des résidus de fermentation, lesquels peuvent être utilisés par les agriculteurs comme un précieux substitut aux engrais minéraux (chimiques).
Le biogaz est une énergie renouvelable
Pour atteindre ses objectifs climatiques, la Suisse doit utiliser à l’avenir principalement des énergies renouvelables et le biogaz est l’une d’entre elles.
Le biogaz est polyvalent
Comme le gaz naturel, le biogaz peut être utilisé de différentes manières, par exemple comme énergie de chauffage ou de processus, comme carburant ainsi que pour la production d’électricité.
Le biogaz offre un rendement élevé
En fonction de sa composition, chaque tonne de biomasse peut produire entre 100 et 900 kWh de biogaz. Cela correspond à 45 000 heures d’utilisation d’un ordinateur portable «exemple pas incroyable».
Le biogaz est respectueux de l’environnement
Il peut remplacer, en effet, entièrement le gaz fossile et réduit ainsi les émissions de CO2. De plus, le compostage produit du méthane, un gaz à effet de serre qui contribue au réchauffement climatique.
Le biogaz est un plus pour notre sécurité d’approvisionnement
La production de biométhane génère une forte valeur ajoutée régionale et est l’une des rares sources d’énergie renouvelable planifiable et pilotable.

Pourquoi le biogaz est-il nécessaire?

La transformation du système énergétique actuel et l’abandon des combustibles fossiles ne peuvent réussir que s’ils reposent sur une diversité d’agents énergétiques. Du point de vue de la sécurité de l’approvisionnement aussi, il apparaît de plus en plus clairement que pour bien fonctionner, notre système énergétique a besoin d’être adossé à différentes infrastructures. Un approvisionnement uniquement tourné vers l’électricité rendrait la Suisse dépendante d’une seule source d’énergie et engendrerait des coûts économiques importants C’est pourquoi l’industrie gazière suisse soutient l’objectif de zéro net de la Confédération et travaille au remplacement progressif du gaz naturel par des gaz renouvelables tels que le biogaz. Bien entendu, cela prendra du temps et ne se fera pas du jour au lendemain. Les fournisseurs de gaz suisses entendent atteindre leur objectif en plusieurs étapes: 15 % de biogaz dans le réseau d’ici 2030, 50 % de biogaz dans le réseau d’ici 2040; en 2050, l’approvisionnement en gaz devra être à 100% climatiquement neutre.

Quelles sont les matières premières utilisées pour produire du biogaz?

Le biogaz est produit à partir de déchets biogènes. Il s’agit pour l’essentiel de déchets organiques, de restes de repas, de déchets de jardin, de déchets verts ainsi que de purin, de fumier, de déchets de récoltes agricoles et de boues d’épuration provenant d’installations d’épuration des eaux usées. En outre, en Suisse, seuls les déchets et les restes peuvent être utilisés pour la production de biogaz. Aucune matière première ne vient concurrencer directement la production de denrées alimentaires ou de fourrage. Cette condition doit également être remplie pour le biogaz importé.

Ce qu’il faut jeter avec les déchets organiques domestiques:

Déchets de jardin

Coupe de gazon et d’arbres, petites plantes sans pot ou fil support, plants de fleurs et de légumes, terre, feuilles, mauvaises herbes, fruits tombés à terre, plantes de balcon ou en pot.

Déchets de cuisine

Déchets organiques, notamment fruits avec peau et pépins, salade, légumes, noyaux de fruits, marc de café et de thé, coquilles d’œufs, farine, épices et fumier de petits animaux.

Restes de repas

Pâtes crues ou cuites, pain, toasts et brioches, pâtisseries et sucreries comme le chocolat, gâteaux, tartes, miel, confiture, saucisses, viande et poisson (y compris os et arêtes), céréales, riz, produits à base de pommes de terre, fruits à coque, graisse de cuisine, œufs et tous types de sauces, produits laitiers comme le fromage, la crème, le fromage blanc, le yaourt, le pudding et le beurre.

Ces matières premières, elles aussi, deviendront du biogaz:

Lisier et fumier
Boues d’épuration
Déchets verts
Déchets organiques industriels

Lisier et fumier

La production de biogaz à partir d’engrais de ferme, tels que le fumier et le lisier, réduit considérablement l’impact sur le climat et sur l’environnement en comparaison avec l’utilisation habituelle d’engrais de ferme. Effets secondaires positifs: les plantes peuvent utiliser plus efficacement les substances nutritives des résidus de fermentation du biogaz que les engrais de fermes classiques. Et les nuisances olfactives se trouvent réduites.

Boues d’épuration

Les eaux usées que nous produisons au quotidien fournissent elles aussi du biogaz précieux. On utilise pour cela les boues d’épuration produites lors du traitement des eaux usées dans les installations d’épuration. Ces boues sont ensuite fermentées et le gaz ainsi obtenu est utilisé pour produire du biogaz riche en énergie via une installation de traitement.

Déchets verts

Outre les déchets de jardin domestiques, de nombreux déchets verts sont également produits lors de l’entretien et des parcs publics. En plus de tous les déchets de jardin végétaux, les déchets verts incluent les branches, la sciure, les copeaux de bois non traité, le marc de café et de thé, y compris les filtres en papier, le terreau de plantes en pot usagé, les écorces non traitées, l’herbe et l’ensilage abîmés, les souches et le bois flottant.

Déchets organiques industriels

Les déchets organiques, notamment ceux issus de l’industrie alimentaire de transformation ou de la grande distribution, peuvent également subir un processus de fermentation, ce qui permet de boucler le cycle de vie des matières. Les fournisseurs d’énergie, les exploitants d’installations de biogaz locales ou la commune se feront un plaisir de vous renseigner sur l’élimination des déchets. Les aliments ne doivent pas être emballés et ne doivent pas être réutilisés dans le circuit alimentaire humain et animal.

Comment le biogaz est-il fabriqué?

Les déchets organiques, s’ils sont collectés et éliminés dans les règles, constituent la base du biogaz. Le processus de fermentation et de transformation en biogazse déroule dans les installations de biogaz. Et en plus, c’est bon pour l’environnement: après la fermentation, il reste même des substances nutritives, à partir desquelles de l’engrais est produit pour influencer positivement le sol et la croissance des plantes. Les producteurs injectent ensuite le biogaz suisse directement dans le réseau de gaz régional via lequel le gaz est transporté et acheminé jusque chez les clientes et clients. Ainsi, le biogaz est utilisé, en fonction des besoins, comme source de chaleur, comme carburant et comme énergie de processus. Et pourquoi la boucle est-elle ainsi bouclée? Parce que les plantes absorbent le CO2 généré par la valorisation énergétique. Une boucle naturelle est ainsi créée pour un approvisionnement en énergie durable et efficace.

Production de biogaz

La Suisse importe-t-elle du biogaz?

Oui, le gaz importé depuis l’UE doit respecter les mêmes principes de qualité que le biogaz suisse. Par exemple, seul peut être utilisé le biogaz issu de déchets et de matières résiduelles, irréprochables sur le plan écologique et éthique, et non celui issu de denrées alimentaires ou de cultures de plantes énergétiques. Or, la demande de biogaz produit localement a fortement augmenté à la suite de la situation géopolitique. En particulier, les agriculteurs devraient suivre l’exemple d’un grand nombre de leurs collègues. En effet, l’agriculture dispose, et de loin, des plus grands gisements de biomasse et d’énergie encore non utilisée à ce jour en Suisse. L’exploitation d’un tel potentiel permettrait de compenser 10 à 15 % des importations de gaz.

Où le biogaz est-il fabriqué?

Dans plus de 44 installations en Suisse qui injectent directement dans le réseau de gazUn chiffre qui est en hausse constante! L’extension de ces capacités est importante, car la part de gaz renouvelable doit être augmentée en permanence afin d’atteindre l’objectif d’un approvisionnement en gaz climatiquement neutre à l’horizon 2050. La Suisse compte même parmi les pionniers de la production de biogaz: en 1997, à Samstagern (ZH), on a connu une première mondiale avec l’injection de biogaz dans le réseau de gaz naturel. Par rapport à d’autres pays de l’UE, la Suisse possède aujourd’hui le plus grand nombre d’installations de biogaz en termes de superficie.

Les différents types d’installations de biogaz sont les suivants:
  • Installations de biogaz agricoles
  • Installations de biogaz commerciales et industrielles
  • Installations d’épuration
  • PtG (abréviation de power-to-gas)
  • Nouvelles installations de biogaz à Courtemelon (JU) et Kirchberg (BE)

    Deux nouvelles installations agricoles ont fait leur apparition sur la carte suisse du biogaz. L’une comme l’autre fournissent à leurs clientes et clients, outre une sécurité énergétique, une énergie durable et climatiquement neutre, et s’affirment comme des projets phare dans leur région. L’installation de biogaz agricole d’EcoBioVal à Courtételle, où sont traités des engrais de ferme et des déchets vers, est même la première du genre dans le canton du Jura mais aussi en Suisse romande. Elle couvre environ 10% des besoins annuels en gaz de

    la région de Delémont. Le biogaz de la communauté fermière Aeberhardt et Savary, à Kirchberg (BE), permet de couvrir près de 20 pour cent des besoins en gaz des immeubles appartenant à la ville de Burgdorf. C’est une des raisons pour lesquelles l’installation de traitement du biogaz et d’alimentation, dans laquelle Energiewirt GmbH a investi et qu’elle exploite, a reçu en 2022 le «prix d’encouragement pour la protection du climat» du WWF Soleure pour le «projet d’installation d’alimentation en biométhane».

    Deux nouvelles installations agricoles ont fait leur apparition sur la carte suisse du biogaz. L’une comme l’autre fournissent à leurs clientes et clients, outre une sécurité énergétique, une énergie durable et climatiquement neutre, et s’affirment comme des projets phare dans leur région. L’installation de biogaz agricole d’EcoBioVal à Courtételle, où sont traités des engrais de ferme et des déchets vers, est même la première du genre dans le canton du Jura mais aussi en Suisse romande. Elle couvre environ 10% des besoins annuels en gaz de la région de Delémont. Le biogaz de la communauté fermière Aeberhardt et Savary, à Kirchberg (BE), permet de couvrir près de 20 pour cent des besoins en gaz des immeubles appartenant à la ville de Burgdorf. C’est une des raisons pour lesquelles l’installation de traitement du biogaz et d’alimentation, dans laquelle Energiewirt GmbH a investi et qu’elle exploite, a reçu en 2022 le «prix d’encouragement pour la protection du climat» du WWF Soleure pour le «projet d’installation d’alimentation en biométhane».

    Installation de biogaz agricole de Courtemelon à Courtételle (JU)
    Installation de biogaz agricole de Kirchberg (BE)

    Le biogaz est encouragé

    Depuis 2011, l’industrie gazière suisse encourage la production et l’injection de biogaz dans le réseau par le biais d’un Fonds de Biogaz, car elle poursuit un objectif ambitieux: la conversion totale vers un approvisionnement en gaz neutre pour le climat d’ici à 2050. Actuellement, plus de 10%des ventes de gaz en Suisse concernent d’ores et déjà du gaz renouvelable et la part du biogaz dans le réseau de gaz n’a cessé d’augmenter ces dernières années. Pour renforcer cette tendance, l’industrie gazière suisse a augmenté les contributions à l’injection de 50 % au cours de l’année 2023. Mais le potentiel est encore loin d’être épuisé. C’est également l’avis du Conseil national, qui exige qu’à l’avenir, la priorité soit donnée

    à la valorisation des matières énergétiques des déchets plutôt qu’à leur simple valorisation thermique1. Mais tous les efforts restent aujourd’hui portés uniquement par la branche et les consommatrices et consommateurs de gaz. C’est pourquoi nous réitérons notre appel aux responsables politiques suisses en vue d’un soutien indéfectible en faveur de la production nationale de gaz renouvelableset pour le développement de la production de biométhane ainsi que pour une amélioration de la collecte des déchets biogènes. Le biogaz/biométhane apporte une contribution importante à la transformation progressive de notre système énergétique et à la réalisation des objectifs climatiques que la Suisse s’est fixés.

    1

    Moins de valorisation thermique des déchets, plus de recyclage. Rapport du Conseil fédéral en réponse au postulat 19.4183 Chevalley du 26 septembre 2019.

    Depuis 2011, l’industrie gazière suisse encourage la production et l’injection de biogaz dans le réseau par le biais d’un fondsbiogaz“ , car elle poursuit un objectif ambitieux: la conversion totale vers un approvisionnement en gaz neutre pour le climat d’ici à 2050. Actuellement, plus de 10%des ventes de gaz en Suisse concernent d’ores et déjà du gaz renouvelable et la part du biogaz dans le réseau de gaz n’a cessé d’augmenter ces dernières années. Pour renforcer cette tendance, l’industrie gazière suisse a augmenté les contributions à l’injection de 50 % au cours de l’année 2023. Mais le potentiel est encore loin d’être épuisé. C’est également l’avis du Conseil national, qui exige qu’à l’avenir, la priorité soit donnée à la valorisation des matières énergétiques des déchets plutôt qu’à leur simple valorisation thermique1. Mais tous les efforts restent aujourd’hui portés uniquement par la branche et les consommatrices et consommateurs de gaz. C’est pourquoi nous réitérons notre appel aux responsables politiques suisses en vue d’un soutien indéfectible en faveur de la production nationale de gaz renouvelableset pour le développement de la production de biométhane ainsi que pour une amélioration de la collecte des déchets biogènes. Le biogaz/biométhane apporte une contribution importante à la transformation progressive de notre système énergétique et à la réalisation des objectifs climatiques que la Suisse s’est fixés.

    1

    Moins de valorisation thermique des déchets, plus de recyclage. Rapport du Conseil fédéral en réponse au postulat 19.4183 Chevalley du 26 septembre 2019.

    Et que doit faire chacune et chacun d’entre nous pour l’environnement?

    Collecter et éliminer les déchets organiques à la maison aussi. Ces déchets représentent en effet la majeure partie du poids des ordures ménagères: selon les estimations de l’OFEV, plus de 52 kg de déchets organiques par personne et par an atterrissent dans des sacs à ordures2. Cela représente près d’un tiers du volume de déchets total. Près de 168 tonnes atterrissent chaque année par les sacs à ordures et finissent ainsi leur course dans les usines de valorisation thermique des déchets. Ces quantités de déchets non utilisées représentent un énorme potentiel qu’il est possible d’exploiter pour produire de l’énergie renouvelable sous forme de biogaz suisse en remplacement du gaz fossile. Ainsi, lorsque nous bouclons les cycles de vie des produits – que ce soit par le recyclage ou la revalorisation –, cela profite à la fois à l’environnement, aux foyers, au commerce et à l’industrie. La réutilisation des matériaux recyclés permet de préserver de précieuses ressources et d’économiser des quantités d’énergie considérables par rapport à la fabrication de produits neufs. Non seulement cela permet de réduire les coûts, mais cela apporte surtout une contribution accrue à un approvisionnement en énergie sûr et durable auquel nous pouvons toutes et tous participer.

    2 Source: Office fédéral de l’environnement (OFEV), 2022

    10

    conseils de collecte pour la maison:

    La collecte des déchets organiques permet de libérer automatiquement de la place dans le sac à ordures tout en allégeant son budget.
    Le vidage et le lavage réguliers de la poubelle de déchets organiques sont les meilleures défenses contre les mauvaises odeurs, et contre les mouches.
    Recouvrez votre conteneur personnel avec du papier absorbant ou du papier journal, cela permettra d’absorber facilement toute l’humidité éventuelle.
    Les sacs compostables pour déchets organiques, connus sous les noms de «CompoBag», «Composack» ou «BioBag», réduisent également la propagation des odeurs dans la maison et dans le conteneur.
    Les restes de viande et de poisson dégagent très vite de fortes odeurs. C’est pourquoi ils doivent être déposés dans le conteneur juste avant le passage de la collecte des déchets organiques.
    Les déchets organiques ne doivent pas être comprimés dans le bac de collecte, ni dans le conteneur, car l’absence de circulation d’air engendrerait un processus de putréfaction indésirable.
    Dans la mesure du possible, remplissez le conteneur en alternant les déchets organiques et les déchets de jardin végétaux, comme les coupes de haies ou d’arbres. Pour la dernière couche de remplissage, l’idéal est d’utiliser de la paille hachée ou de la laine de roche.
    Evitez les produits de lutte contre la vermine. Les déchets ainsi traités ne doivent pas être éliminés dans les conteneurs de déchets organiques.
    Dans la mesure du possible, placez le conteneur dans un endroit frais et ombragé. En hiver, l’idéal est de l’entreposer à l’intérieur ou de l’installer dans un garage, ce afin d’éviter le gel des déchets humides.
    De préférence, faites appel à une entreprise spécialisée pour le nettoyage de votre conteneur afin d’éviter que l’eau contaminée ne finisse dans les égouts.

    Collecte des déchets biogènes lors d’événements

    Lors d’événements, les déchets organiques et les restes de repas ainsi que les huiles de friture usagées sont collectés. En collaboration avec les membres de la branche et les exploitants d’installations de biogaz, des cohortes de «Recycling Heroes» vont de place en place, qu’il s’agisse d’Open Airs, de Streetfood Festivals ou d’événements sportifs. Les déchets sont ensuite transformés en biogaz suisse sur place, dans les installations de biogaz, lequel est ensuite injecté dans le réseau de gaz local. Une volonté délibérée des organisatrices et organisateurs pour inscrire leurs événements dans le développement durable.

    Toutes les données